installation in situ

Méandres divaguants, installation in situ, La Manufacture, Roubaix, 2017
Cette pièce a été réalisé en partie avec le Café couture de la Maison pour tous, Bouguenais (44)

 

 

Bioecenose, installation in situ, résidence à l’Atelier Alain le Bras, Nantes, 2014
P1240990

DSCF8640

Liens, lumières, villes, résidence artistique, Super Flux, 2003, Lyon
11415489
PORTABLE;…;ARCHI;5plan garage2
PORTABLE;…;ARCHI;1
L’installation investit un espace intérieur intime, un point de rencontre, un lieu d’échange autour du thème de la lumière et à l’intérieur duquel des mots, rendus visibles grâce à l’utilisation d’une peinture phosphorescente, sont installés, suspendus dans le vide, dans l’obscurité. Le public des trois soirs agira sur l’évolution du projet; je solliciterai le témoignage de chacun à propos des termes : LIENS LUMIERES VILLES. Ces mots seront, à leur tour, écrits avec ce procédé phosphorescent et s’ajouteront aux précédents
Nous Vous Nous, installation in situ, Fêtes des lumières, résidence en partenariat avec la galerie Roger Tator, Lyon, 2002

 

 

Séquence 7

 

 

recadre2

nousvousnvn02

nvn4

Deux vitrines en rez-de-chaussée, la nuit les passants sur le trottoir sont attirés par la rétro projection de deux vidéos qui présentent, à l’échelle 1, un groupe de personnes dans deux attitudes distinctes : à gauche le groupe de comédiens est animé par des occupations de vie intérieur; à droite, le
même groupe regarde vers l’extérieur en direction des passants. Les spectateurs témoignent de leurs sensations, certains jettent un œil dans l’espace derrière les vitrines pour vérifier la présence de ces personnages, la configuration des deux écrans crée un jeu de va et vient dans les regards, les spectateurs et les acteurs se trouvent dans deux situations : regardeur/regardé. Ce dispositif met en évidence, accentue, des instants furtifs qui au quotidien font notre rapport aux autres. Ici les vitrines exposent l’intimité d’un intérieur et l’observation depuis ce lieu. Chacun est libre de se prêter au jeu ou de ne pas supporter la proposition . Dans tous les cas, il nous ramène à notre propre attitude quotidienne face à notre environnement : être visible ou se cacher, être avec, au milieu de la cité ou en retrait, en « discrétion », se sentir concerné ou à distance de la vie des autres …
Parcours nocturne, la Roche-sur-Yon – 2006
Super flux, Fête des lumières, Lyon – 2002

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s